BAT Banderole NON  

Motion de soutien à la maternité du Pôle de santé du Golfe de Saint-Tropez

Adoptée en Conseil communautaire le 26 septembre 2018

Il y a quatorze ans, au prix d’un lourd investissement de l’Etat, le Pôle de santé du Golfe de Saint-Tropez voyait le jour, fruit exemplaire d’un partenariat public privé garantissant aux habitants du Golfe de Saint-Tropez un accès aux soins permanent et de qualité.

Sa création et, surtout, le maintien d’un service public de santé dans le Golfe de Saint-Tropez, avaient de surcroit fait l’objet d’un long combat des populations et des élus locaux pendant près de vingt ans, mené avec succès.

Aujourd’hui, l’avenir de ce Pôle de santé est mis en péril. Un an après une première alerte, qui avait valu une forte mobilisation des élus, des personnels de santé et de la population, de nouvelles menaces pèsent notamment sur le devenir de la maternité.

Le 14 mars dernier, en effet, était lancé l’avis de consultation du Projet régional de santé 2018-2023, qui fixait un délai de trois mois pour recueillir les avis des autorités concernées par ce projet, au titre duquel figuraient les collectivités territoriales. Contre toute attente, la Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez n’a pas été consultée, ni dans les délais impartis pour cette consultation, ni depuis cette date.

Cet été, des réunions ont été organisées par l’Agence Régionale de Santé, organisme dépendant du ministère de la Santé et qui coordonne au niveau régional la politique de la santé publique et donc l’élaboration du Projet régional de santé 2018-2023.

Nous avons appris qu’il a été évoqué lors de ces réunions la fermeture de la maternité du Pôle de santé du Golfe de Saint-Tropez. Les deux scénarii proposés dans le cadre du redéploiement des maternités dans le département du Var préconisent en effet, dans le premier cas, la fermeture de la maternité de Gassin et de celle de Hyères, et dans le deuxième cas, uniquement celle de Gassin (cf. compte-rendu de réunion de l’ARS du 13 juillet).

Il semble que des conclusions allant dans ce sens doivent être rendues pour le 15 octobre prochain. Une visite au Pôle de santé par les inspecteurs de l’ARS en charge de ce dossier a eu lieu le 13 septembre dernier, sans que nous sachions, à ce jour, quels en ont été les enseignements.

A ce stade, nous restons donc sur la base des scénarii qui semblent acter la fermeture de la maternité de Gassin. Cela nous semble prématuré et surtout élaboré sans aucune concertation avec les représentants de la population (les élus locaux) et des patients (personnels du Pôle de santé).

Nous avons donc alerté la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, par un courrier en date du 27 août, qui faisait suite, déjà, à des courriers adressés en mars 2017 à son prédécesseur, Marisol Touraine.

Nous avons précisé dans ces courriers combien l’existence d’une maternité est indispensable pour notre territoire.

En effet, une fermeture de cette structure menacerait gravement l’équilibre de notre bassin de vie, qui compte 55 000 habitants permanents et voit sa population multipliée par dix entre Pâques et la Toussaint.

La maternité a connu 458 accouchements l’an dernier, soit un chiffre au-dessus du nombre minimal exigé pour le maintien d’une maternité (300 selon le décret de périnatalité).

De plus, le temps de déplacement entre les communes du Golfe de Saint-Tropez et les hôpitaux les plus proches disposant de maternité (Fréjus et Draguignan) est d’une heure en hiver mais dépasse facilement les deux heures en saison estivale. Ces difficultés de transport peuvent faire courir de gros risques aux parturientes.

La fin des naissances dans le Golfe de Saint-Tropez comme la perte d’un service de proximité qui fonde la vie des familles seraient des éléments de plus à la déshumanisation de notre santé publique et, ainsi, de notre société et du vivre ensemble auxquels nous sommes tous attachés.

C’est pourquoi il nous semble indispensable que le Pôle de santé du Golfe de Saint-Tropez, et notamment sa maternité, soit pérennisé dans son existence et son fonctionnement dans le cadre du Projet régional de Santé 2018-2023, dont la rédaction de l’arrêté est imminente.

Nous, élus communautaires du Golfe de Saint-Tropez, représentant la population, demandons donc que des garanties soient apportées dans les meilleurs délais sur le maintien de la maternité du Pôle de santé.

Nous sommes prêts à nous mobiliser et à mobiliser la population, déjà sensibilisée par la pose de banderoles le 12 septembre dernier dans notre territoire, avec ce mot d’ordre : « Non à la fermeture de la maternité ! ».